[Lu & approuvé] Quantika tome 1, « Vestiges » de Laurence Suhner, éditions l’Atalante

Une trilogie qui démarre de manière palpitante

Quantika T1 couv

A l’occasion de la sortie de son troisième (et dernier) opus, j’ai enfin entrepris de reprendre cette série dont j’avais commencé la lecture à la parution du premier tome. J’avais dépassé la première centaine de pages, que j’avais beaucoup aimée, mais ayant certainement l’esprit accaparé par autre chose à l’époque, j’avais reposé le livre sans y revenir. Je ne sais pas si ça vous arrive, mais parfois, on lâche un bouquin comme ça, brusquement. Sans raison.

Mais le livre de Laurence Suhner n’était pas responsable. Pour preuve, j’ai repris récemment le roman à zéro, et je l’ai lu d’une traite lors de cette deuxième tentative, tellement il était prenant (et j’ai depuis enchaîné avec le second). On y fait la connaissance de plusieurs groupes de personnages, tous colons de la planète glaciaire (et glaciale) Gemma. Tout d’abord, Ambre Pasquier, exobiologiste de renommée, qui prend en charge une expédition archéologique qui devrait mettre à jour des vestiges (ceux du titre) d’origine extra-terrestre. Ensuite, vient Haziel Delaurier, qui joint ladite expédition de Miss Pasquier (comme il se plait à l’appeler), mais qui cache aux commanditaires de celle-ci ses véritables motivations. Il a en effet subi une étrange mésaventure à la surface de Gemma, étonnamment dans l’axe de l’endroit où l’expédition est censée creuser… Sans oublier Kya Stanford, au caractère aussi impétueux qu’impulsif. C’est la fille de l’éminent Professeur Stanislas Stanford, pour lequel travaille Haziel Delaurier, qui mène une étude indépendante sur d’étranges phénomènes qui se produisent sur Gemma, et dont la fréquence semble accélérer. Mais les travaux de son père, elle s’en moque. A vrai dire, elle a décidé de quitter la base scientifique qui lui sert de maison, pour rejoindre Les Enfants de Gemma, un groupe d’activistes qui espèrent un jour rendre la colonie de Gemma indépendante…

Bref vous l’aurez compris, on croise sur cette planète des personnages aux motivations antagonistes, dont les destins vont s’entrechoquer tout au long de l’aventure, et qui vont vite comprendre que l’avenir de Gemma ne leur appartient peut-être pas tant que ça… Surtout si les Bâtisseurs, ceux-là même qui ont abandonné un vaisseau étrange et imprenable en orbite autour de la planète, qui suscite intérêt et interrogation depuis que les humains ont débarqué là bas, leur ont laissé une véritable boîte de Pandore sous la calotte glaciaire…

Illustration de couverture réalisée par l'excellent Manchu

Illustration de couverture réalisée par l’excellent Manchu

Pas évident de résumer ce dense récit, qui alterne les chapitres en passant d’un groupe de personnages à un autre, mais qui ne perd jamais le lecteur en route. C’est totalement maîtrisé par Laurence Suhner, et c’est tout à fait fluide à lire.

J’adore les histoires d’exploration d’exo-planètes, les planet-operas comme on dit, et celui-ci m’a envoûté, un peu à la manière de l’héroïne Ambre Pasquier, dont l’esprit est accaparé par d’étranges rêves qui l’obsèdent au point de l’avoir inexorablement poussée à monter son expédition. De mon côté, inexorablement je faisais défiler les pages, dévorant cette aventure.

Au-delà de la qualité du récit, il faut aussi parler de la qualité de l’écriture. Aussi bien sur le plan du style, que j’ai trouvé vif, riche, que sur le plan de la documentation. D’ailleurs, bien qu’ancré dans la mouvance de la hard-science, le style n’est jamais pédant. A propos du côté hard-science justement: précisons tout de suite à ceux à qui la simple évocation de ce genre donne des boutons, que dans Quantika les éléments scientifiques sont totalement utiles au récit, et ne sont pas là pour l’esbroufe. Il s’agit tantôt de petites touches de vulgarisation concernant la physique quantique, tantôt la climatologie ou la biologie. Rien ici ne décrivant de A à Z le système de propulsion de tel ou tel astronef… 😉 C’est tellement bien décrit, qu’on jurerait que Gemma est là quelque part, qu’elle nous attend, qu’elle nous appelle à notre tour. Un vrai personnage à part entière, cette planète.

Il a d’autres choses palpitantes dont j’aimerais vous parler aussi, mais je suis obligé de les occulter ici, sous peine de vous dévoiler trop de l’intrigue, et de gâcher ainsi quelque peu la surprise…

No Comments Yet.

Laisser un commentaire