Avis: La Mémoire de l’Eau tome 1 par V. Vernay & M. Reynès, éd. Dupuis

Changeons un peu de public avec un album ciblé jeunesse. La Mémoire de l’eau est une série en deux volumes, dont les planches vous seront peut-être déjà connues si vous êtes lecteur de Spirou, puisqu’elles y ont été pré-publiées.

Cette première partie a plutôt un rôle de mise en place de l’histoire, et nous présente Marion, une jeune fille qui découvre le village dans lequel elle vient d’emménager. Caroline, maman fraîchement séparée du père de Marion, vient prendre possession de la maison familiale léguée par sa mère, décédée quelques mois plus tôt. La fillette, plutôt curieuse de nature, profite que Caroline soit occupée à aménager la maison pour explorer les environs. Elle remarque très vite d’étranges inscriptions sur les rochers alentours, qui surplombent la falaise. Elle retrouve également les mêmes signes au fond d’une crevasse dans la falaise. En face, une petite île surmontée d’un phare attire également l’attention de la jeune Marion. Persuadée qu’un lien existe entre celui-ci et les inscriptions mystérieuses, elle se met en tête de s’y rendre à marée basse…

En dépit d’un rythme assez tranquille, on rentre assez facilement dans cette sympathique histoire. On se laisse prendre par le climat mystérieux qui  s’installe au fil de l’album. Et lorsque l’action démarre à l’approche des dernières pages, on réalise qu’on ne s’est pas ennuyé un instant pour parvenir jusque là, et on se surprend à vouloir connaître le dénouement. L’histoire fleure bon l’ambiance Club des Cinq, pour donner un point de repère, et séduira sans problème les plus jeunes, mais aussi les plus vieux pour peu qu’ils mettent un peu de côté leur exigence et profite tout simplement d’un récit bien mené.

Côté dessin, les planches de Valérie Vernay mettront certainement tout le monde d’accord, grâce aux décors largement inspirés de la côte Bretonne, superbement restitués par des petites cases dont on aimerait avoir certaines accrochées au mur chez soi, tant on a l’impression de contempler des petits tableaux.

Pour ma part en tout cas, j’ai bien envie de remettre le couvert avec le second tome de ce dyptique, qu’on a la chance de pouvoir acheter seulement deux mois après la sortie du premier !

En résumé :
Cette première moitié d’enquête de la petite Marion nous fait passer un agréable moment, en dépit d’une histoire qui manque un peu d’originalité, mais qui se révèlera peut-être surprenante dans sa seconde moitié, parue il y a peu.

Public conseillé: 9 ans et plus.
PVP: 12 €

0 Comments

Laisser un commentaire